BLOCAGE DU DIALOGUE POLITIQUE

EDEM KODJO INVITE LES ACTEURS POLITIQUES A PRIVILEGIER L’INTERET DES CONGOLAIS

«  Nous ne devons pas oublier un seul instant que c’est tout le peuple congolais qui nous regarde et que, dans une  certaine mesure, nous n’avons pas droit à l’erreur ou à l’échec. Voilà pourquoi aujourd’hui, je lance un appel solennel à tous les participants au dialogue pour que le chemin du compromis soit celui que nous décidons de parcourir ensemble » a martelé d’entrée de jeu le facilitateur du dialogue politique lors d’un point de presse organisé le mardi  12 septembre  2016, au pullman hôtel à Kinshasa.

Face aux délégués de la majorité, de l’opposition et de la société civile présents lors de ce point de presse, le facilitateur du dialogue désigné par l’union africaine a rappelé la nécessité de respecter le chronogramme des travaux, à ne pas perdre le temps et à aplanir  les divergences tout en privilégiant l’intérêt de la nation congolaise. «  Ce qui oppose les uns et les autres sur le thème de la séquence des élections n’est pas un problème qui dépasse la capacité d’imagination d’un diplomate et des politiques que nous sommes » a indiqué Edem Kodjo aux parties prenantes au dialogue.

Pour sa part, Vital Kamerhe, Co-modérateur de l’opposition a relevé que la majorité doit seulement comprendre que la crise actuelle risque d’être une impasse si on ne privilégie pas l’élection présidentielle et les législatives dans l’ordre des scrutins. «  Nous refusons la séquence qui commence par les élections locales pour remonter vers la présidentielle. Notre cartographie au niveau de la décentralisation pose problème. Il y a des groupements qui se chevauchent. Il y a des conflits interethniques et la complexité de la tache. Nous risquons de tomber dans un long processus et finalement ne pas répondre aux attentes du peuple congolais » a indiqué le président de l’UNC.

« Nous allons voir comment résoudre ces différends ensemble, en essayant de trouver des points communs » a rétorqué Alexis Thambwe Mwamba, Co modérateur pour le compte de la majorité.  Le ministre de la justice a aussi indiqué que sa plateforme est prête à reprendre les travaux.

Il faut rappeler que le lundi 12 septembre dernier, les délégués de l’opposition  au dialogue politique national avaient  suspendu  leurs participations  aux  travaux en commissions, à la suite des divergences avec le camp de la majorité au sujet de la hiérarchisation des élections.  Pour l’opposition, c’est par la présidentielle qu’il faut commencer alors que la majorité ne jure que par les élections locales.

 

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Judith Suminwa

Gouvernement Suminwa : Enfin la fumée blanche après 2 mois, 6 vice-premiers ministres, 10 ministres d’État, 24 ministres,4 ministres délégués et 10 vice-ministres

Fumée blanche à la cité de l’OUA, la porte-parole du Chef de l’État congolais, Tina …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire