Stephen Bwansa- Prosec PPRD-CHINE

Stephen Bwansa : «Bahati devrait revenir à la raison et à la maison»

Il a délié sa langue à la suite du départ de Modeste Bahati du Front Commun pour le Congo (FCC), à l’issue de sa volonté de déposer sa candidature comme Président du Sénat. Stephen Bwansa, Secrétaire Provincial du PPRD/Chine estime que ce qui lie les uns et les autres dans une lutte, c’est l’idéologie.

« Je sais que c’est un homme d’affaire et quand on parle affaire moi et lui connaissons le respect des clauses. Je lui dirai de revenir à la raison et à la maison », interpelle-t-il Modeste Bahati. Car, cogite Stephen, partout où il ira, il y aura toujours une ligne de conduite à suivre. La vraie liberté consiste à respecter les droits d’un regroupement. En voulant aller au-delà des principes qui organisent un regroupement le risque est de devenir rebelle. Mais le connaissant, il ne le voit pas dans la peau d’un rebelle et insoumis. Il rappelle que le FCC représente une majorité et que personne ne trompe le prof. Bahati. Même s’il a démissionné, l’Autorité moral est toujours en mesure de l’accueillir s’il exprime le besoin de revenir.

Sachant que c’est un homme d’affaire, il lui demande de revenir à la raison et à la maison. Puisque partout où il partira, il y aura toujours une ligne de conduite à suivre. La vraie liberté consiste à respecter les droits d’un regroupement. Alors, sa place est à la maison. « Nous, nous représentons une majorité. Que personne ne le trompe », interpelle-t-il.

Etant donné que c’est lui-même qui a décidé de partir, il rappelle que le FCC l’a suspendu pour un délai indéterminé. Pour Stephen, c’était une façon de voir ses intentions et sa bonne volonté. Le Représentant du PPRD en Chine regrette le fait pour lui d’avoir saboté l’idéologie pour donner l’arbitrage d’un socialiste comme le Président Felix. « Ça ne tient pas », s’exclame-t-il. Car, il ne tiens pas aux personnes, d’autant plus que l’idéologie peut mettre certains acteurs ensemble, conformément au temps et aux circonstances. C’est pourquoi, il ne voit pas Thambwe Mwamba, Si non, les militants ou cadres du PPRD manifester puisqu’étant majoritaire. « Mais par rapport à l’idéologie on a cédé. Lui également devrait faire de même », relève-t-il.

Stephen Bwansa estime que c’est malheureux pour la RDC d’avoir des gens qui veulent partir du FCC pour tel ou tel raison. Il est autant malheureux de voir d’autres regroupements les recevoir puisque c’est un acte d’hypocrisie puisqu’un engagement politique se fait par idéologie. « Kabila est socialiste. Je le suis aussi, d’où je marche selon ces principes », signale-t-il.

Cependant, il se demande si les gens se sont retrouvés autour de Kabila par intérêt ou par idéologie. Si c’est par idéologie donc, il n’y aura pas de problème. Mais si c’est par intérêt, ils ne sont jusque-là ni Républicains, ni démocrates mais des gens dangereux pour la République.

Rappelant que le Prof. Bahati est un business man qui sait respecter les clauses même orales, il croit dur comme fer que ce n’est pas l’élection, mais l’idéologie, le principe d’une association qui le lie. Car, l’élection n’est que la conséquence de l’idéologie. A son avis, si le PPRD et CACH ont la même idéologie, il ne voit pas quelqu’un qui a été dans son regroupement des socialistes le contredire.
Il s’oppose à la raison d’injustice et de manque de dialogue soulevé par Bahati.

« L’injustice qu’il mentionne maintenant, vient de se constater maintenant ou cela a toujours existé », interroge-t-il. Si c’est depuis longtemps, il devrait dès lors démissionner ou dire la vérité. S’il ne l’a pas fait, ce qu’il y a quelque chose qui cloche.

Car, lorsqu’on est partenaire c’est pour le meilleur et pour le pire. Ce n’est pas la candidature de l’autre comme indépendant qui peut poser problème. « Je suis sûr que même si on mettait quelqu’un du PPRD candidat, cela poserait toujours de problème. D’une manière logique c’est un faux problème. Il serait important qu’il nous dise ce qu’il veut exactement », soulève Stephen. Pour lui, à un certain moment, il faut savoir que la dictature n’est bonne puisque dans une famille, c’est le responsable qui connait chaque enfant à placer devant des postes de responsabilité.

A l’en croire, les idéologues se rapprochent à un parti non par intérêt. Aujourd’hui ce sont les socialistes qui sont au pouvoir. Que ce soit Tshisekedi comme Kabila, tous sont tous socialistes, il n’y a pas moyen de s’entretuer pour des intérêts d’un perchoir. Le problème de dialogue est un faux problème. « Je souhaiterais qu’il dise, ce qu’il veut puisqu’il ne m’a pas convaincu, mais je le respecte. Par rapport à l’idéologie, il doit rester fidèle à la famille qu’il pleuve ou qu’il neige».

Judith Asina

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Vodacom

Vodacom Congo, meilleur employeur des femmes en RDC, lutte contre les violences domestiques grâce à sa politique globale

En 2019, le Groupe Vodacom a commandé une étude à KPMG qui a suggéré que …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire