Denis Kadima

Dénis Kadima : Une investiture légale mais politiquement fâcheuse pour Tshisekedi !

Après son enterinement, dans des circonstances troubles par l’Assemblée nationale, Dénis Kadima attend, doigts croisés, son investiture par Félix Tshisekedi. Des nombreuses voix se lèvent déjà pour appeller le Chef de l’État à appliquer un parallélisme de procédure, le cas Ronsard Malonda faisant jurisprudence.

Car, le 13 juillet 2020, dans une correspondance à Jeanine Mabunda, alors Présidente de l’assemblée nationale, Tshisekedi avait refusé d’investir Malonda, malgré son enterinement par la chambre basse.

« Je constate que l’information selon laquelle Mr Malonda Ngimbi a été désigné à l’issue d’un processus interne aux conféssions religieuses, est fortement contestée en fait comme en droit par certains membres de cette composante, à savoir l’Eglise catholique, l’Eglise du Christ au Congo et l’Eglise Kimbanguiste. A travers leurs lettres, ces Églises affirment qu’il n’a pas été procédé à la désignation d’un délégué des confessions religieuses comme membre de la CENI. Elles soulignent que le procès-verbal vous remis serait pas l’émanation du Président et du Vice-président de la composante, lesquels sont seuls, en vertu de l’article 17 de leur charte constitutive, à engager la composante confessions religieuses« , avait-il motivé son refus.

Deux cas différents

Bien qu’en apparence parallèles, Malonda et Kadima sont deux cas différents, tant dans leurs approches que du point de vue contextuel.

Comme Malonda, il ya eu, certes, blocage mais contrairement à Malonda, il ya un arrêt de la cour constitutionnelle qui autorise l’ Assemblée nationale de reprendre le dossier après l’impasse constaté dans le chef des religieux. Et ce, après épuisement de tous les délais supplémentaires leur accordé, le procès verbal signé par tous faisant foi.

Par ce fait, Denis Kadima est donc légalement investissable. Son élection n’étant donc plus l’émanation des confessions religieuses, mais de la commission dite paritaire de l’assemblée nationale.

En plus, l’Eglise Kimbanguiste qui n’avait pas accepté Malonda soutient, cette foi, Kadima.

Encore que, si hier, il ne s’agissait que de Malonda, aujourd’hui, il est question de l’ entérinement de 12 membres (sur les 15) requis à la plénière de la CENI.

Cas Politiquement fâcheux

Si, légalement, Tshisekedi devrait investir Kadima, politiquement, cette investiture aura des conséquences fâcheuses contre lui.

Non seulement qu’il confortera les soupçons de ses détracteurs qui l’accuse de vouloir se maintenir au pouvoir coûte que coûte, préparation ainsi la fraude électorale, mais aussi cellese de la CENCO et l’ECC qui voyaient en Denis Kadima, le candidat du pouvoir.

Et ce, sans ignorer qu’investir Kadima, dans des circonstances actuelles, contribuera à le certificat de décès l’Union sacrée. En tout cas, Katumbi du plus grand nombre de députés au parlement, avait menacé de quitter la majorité si cette « ligne rouge » était franchie.

Avoir donc la puissante Eglise catholique (avec son comité Laïc de coordination), la très influente Eglise protestante, la coalition LAMUKA (qui mobilise de plus en plus dans ses marches), le FCC, les mouvements citoyens et Katumbi sur son dos, contribuera inexorablement, au départ de Tshisekedi.

Avec une CENI et une cour constitutionnelle acquise à sa cause, une majorité au parlement, une armée, une Police et tout l’argent pour faire son lobbying, Kabila n’a-t-il pas fléchi?

En tout cas, ni un troisième mandat, ni un glissement sans fin, ni la possibilité d’ imposer son dauphin ne lui a été possible, devant la détermination et la mobilisation du peuple.
Et Tshisekedi le sait plus que quiconque.

La voie de la sagesse

Face à ce dilemme, Tshisekedi ne peut que suivre que la voie, pour s’en sortir.

Une table ronde électorale avec toutes les forces en présence, semble se présenter comme seul voie de sortie, pouvant garantir un processus électoral crédible, transparent, apaisé et démocratique.

PM

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Vodacom

Vodacom Congo, meilleur employeur des femmes en RDC, lutte contre les violences domestiques grâce à sa politique globale

En 2019, le Groupe Vodacom a commandé une étude à KPMG qui a suggéré que …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire