Info+

La Banque africaine de développement rejoint l’Initiative africaine des marchés du carbone pour renforcer le financement de la lutte contre les changements climatiques

Kevin Kariuki, vice-président de la Banque africaine de développement chargé de l’Électricité, de l’Énergie, du Climat et de la Croissance verte, remet officiellement à William Asiko, l’acte d’adhésion à l’Initiative africaine des marchés du carbone, marquant ainsi un tournant dans l’engagement de l’institution en faveur de la durabilité environnementale.

NAIROBI, Kenya, 3 Juin 2024 /African Media Agency (AMA)/-La Banque africaine de développement a annoncé son adhésion officielle à l’Initiative africaine des marchés du carbone(le lien est externe) (ACMI) à compter du 30 mai 2024. Cette décision stratégique devrait permettre aux pays africains et au secteur privé d’obtenir des ressources supplémentaires pour lutter efficacement contre les défis climatiques. 

Le vice-président de la Banque chargé de l’Électricité, de l’Énergie, du Climat et de la Croissance verte, Kevin Kariuki, a fait cette annonce lors d’une table ronde organisée dans le cadre des Assemblées annuelles 2024 du Groupe de la Banque, qui se sont tenues à Nairobi, au Kenya, du 27 au 31 mai.  

“J’ai le plaisir d’annoncer que la Banque africaine de développement est désormais un membre officiel de l’Initiative des marchés africains du carbone. Par cette décision, la Banque s’engage à établir un mécanisme pour soutenir les initiatives du marché du carbone à travers notre continent”, a déclaré M. Kariuki.

 M. Kariuki a souligné la nécessité de l’innovation financière et l’immense potentiel des marchés du carbone pour le financement de la lutte contre les changements climatiques. Il a exhorté les pays africains à saisir les opportunités d’échange de crédits carbone dans le cadre des marchés de conformité de l’Accord de Paris, où les prix des réductions d’émissions sont nettement plus élevés que sur les marchés volontaires.

L’événement, animé par Anthony Nyong, directeur du Département du changement climatique et de la croissance verte à la Banque africaine de développement, a rassemblé des ministres des finances et des dirigeants d’organisations internationales. Ils ont échangé des idées et des expériences, formulant des recommandations sur la manière de relever les défis et de tirer parti des possibilités offertes par les marchés du carbone pour les pays africains.

 Alexander Ampaabeng, vice-ministre des Finances du Ghana, a fait part de l’expérience et des politiques de son pays sur le marché du carbone, en soulignant la nécessité pour les pays d’améliorer la transparence grâce à des investissements stratégiques dans les technologies. « Grâce à la surveillance, à la déclaration et à la vérification numériques, l’Afrique bénéficiera d’une meilleure tarification du carbone », a-t-il fait remarquer.

Mzé Abdou Mohamed Chanfiou, ministre des Finances des Comores, a souligné le besoin crucial de renforcement des capacités pour aider les pays africains, en particulier les petits États insulaires en développement (PEID), à adopter les innovations émergentes et à en tirer parti. « Cela améliorera les connaissances et permettra aux pays d’exploiter les avantages de ces innovations et de ces stratégies », a-t-il ajouté. 

Simplex Banda, ministre des Finances et des affaires économiques du Malawi, a décrit l’approche unique du Malawi sur le marché du carbone par le biais d’investissements dans des projets d’énergie renouvelable, permettant aux pays et aux entreprises d’obtenir des crédits carbone. 

Bärbel Kofler, secrétaire d’État parlementaire auprès du ministre fédéral allemand de la Coopération économique et du développement, a appelé à relever le défi du double comptage et à veiller à ce que les investissements prennent en compte les effets sur les communautés, les droits de l’Homme et l’environnement. « Nous devons maintenir des ambitions élevées au niveau mondial en ce qui concerne les normes que nous appliquons sur les marchés du carbone », a-t-elle souligné.

Hanan Morsy, secrétaire exécutive adjointe de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique(le lien est externe), a souligné la nécessité d’une réglementation mondiale pour normaliser les prix et garantir une compensation suffisante. Elle a souligné la disparité entre les prix volontaires et les prix du marché de conformité, qui désavantage les pays africains. Elle a également recommandé de déployer davantage de technologies pour combler les lacunes en matière de fiabilité et de communication des données. 

Rebekah Shirley, directrice adjointe pour l’Afrique au World Resources Institute(le lien est externe), a souligné la contribution substantielle de l’Afrique à l’élimination du carbone et le potentiel des marchés du carbone sur le continent. Elle a relevé l’importance de la participation, de la représentation et de l’engagement actifs de l’Afrique.

 Julius Court, directeur des opérations de Conservation International(le lien est externe), a noté l’importance d’une réglementation solide et d’accords de partage des revenus entre les gouvernements, les promoteurs et les communautés pour bénéficier à l’ensemble de la chaîne de valeur et transformer les opportunités en réalité.

 Aurelia Micko, conseillère principale pour les marchés du carbone et le financement du climat à l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), a parlé du besoin d’intégrité et de transparence sur les marchés du carbone. Elle a souligné les efforts de l’USAID pour soutenir le développement de politiques et de cadres sur la transparence, le partage des bénéfices et l’utilisation des recettes des marchés du carbone pour financer les Contributions déterminées au niveau national des pays.

William Asiko, vice-président pour l’Afrique à la Fondation Rockefeller(le lien est externe), a insisté sur la nécessité de favoriser un environnement dans lequel les crédits carbone africains sont perçus comme transparents et intègres.

 La table ronde a facilité l’échange d’idées et d’expériences entre les participants, fournissant des recommandations précieuses pour relever les défis et tirer parti des opportunités des marchés du carbone dans les pays africains. 

Distribué par  African Media Agency (AMA) pour la Banque Africaine de Développement.

The post La Banque africaine de développement rejoint l’Initiative africaine des marchés du carbone pour renforcer le financement de la lutte contre les changements climatiques appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

La Banque africaine de développement publie les faits saillants de son rapport sur les parités de pouvoir d’achat

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 12 Juin 2024 -/African Media Agency(AMA)/-Le Groupe de la Banque africaine de développement …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire