Vital Kamerhe

Condamnation de Kamerhe : la justice congolaise est une machine qui est au service de la politique (UNC Haut-Katanga)

Le bureau interfédéral de l’Union pour la Nation congolaise (UNC)/Haut Katanga, qualifie le procès de 100 jours de politique. Cela, après la condamnation de Vital Kamerhe à 20 ans de travaux forcés.

Selon Charles Kyungu, secrétaire interfédéral intérimaire de l’UNC/Katanga, la justice congolaise est une machine qui au est service de la politique.

« C’est dans un premier temps une désolation, une déception. Comme nous l’avions toujours dit, la justice congolaise est inféodée par les hommes politiques et cette justice a déshonoré ce grand pays de Lumumba, de Mzee Laurent Désiré Kabila, de Vital Kamerhe. La lutte continue », a-t-il indiqué.

Pour lui, le jugement rendu à l’égard de leur président Vital Kamerhe, n’est qu’une partie remise de la pièce.

« Ils ont gagné la bataille est non la guerre et nous savons que nous allons en appel. Donc c’est une déception si nous devons avoir une justice sélective, une justice à double vitesse. Je ne sais pas si c’est aussi ça un état de droit. Le ministère public et la partie civile étaient mêmes en difficulté d’apporter les preuves. Ils n’en ont pas apporté. Parce que nous avons autres fois demandé au juge de ne pas accepter de porter la charge de la haine. Aujourd’hui c’est connu que c’était un procès purement politique : Kamerhe candidat redoutable en 2023, ils ont précipité sa condamnation pour qu’il ne soit pas candidat, qu’il soit inéligible. Ce n’est pas la fin du monde Kamerhe condamné, il y a 100 autres Kamerhe qui sont en liberté », conclut ainsi ses propos.

En rappel, le tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe s’est prononcé ce samedi 20 juin dans le procès dit de 100 jours qui opposait le directeur de cabinet du chef de l’État et ses co-accusés au ministère public.

Jules Ninda

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire