Ministre MENDE

Lambert MENDE : «la RDC est jalouse de sa souveraineté»

A la suite de la déclaration du président Français Emmanuel Macron au sujet de la crise politique en République démocratique du Congo (RDC), comme il fallait s’y attendre, le porte parole du gouvernement congolais monte au créneau.

Dans un point de presse tenu ce lundi 28 mai, Lambert Mende Omalanga tenu à rappeler que les connivences, les combinaisons et les tentatives de dépossession des Congolais au profit des groupes d’intérêts extérieurs dans le but de promouvoir des besoins stratégiques de groupes d’influence en intelligence avec des prédateurs notoires dont certains ont par ailleurs déchiré, de manière ostentatoire et sans sourciller, le brevet de la démocratie dans leurs propres pays, ne sauraient en aucune manière intimider ou avoir raison de la détermination à poursuivre le combat engagé par le peuple pour prémunir la RDC contre leurs appétits voraces.

La RDC est jalouse de sa souveraineté et ne laissera personne poursuit le ministre de la Communication , État ou groupe d’intérêts, en Afrique ou hors du continent, s’ingérer dans ses affaires intérieures et se substituer au peuple congolais pour décider de son devenir.

Pour le Porte-Parole du gouvernement, le scénario écrit depuis des lustres nous est connu par avance : à chaque époque où notre peuple s’efforce de se doter des atouts nécessaires pour sortir de la logique accidentelle de l’histoire qui veut le maintenir dans ce rôle de colonie d’une certaine communauté internationale, il ne manque jamais des nostalgiques de la loi de la jungle pour rééditer les épisodes sanglants d’un passé révolu et justifier leur volonté atavique de sacrifier la souveraineté de notre pays sur l’autel des intérêts aux antipodes de ceux du peuple congolais en se parant des oripeaux de quelques principes cyniquement sélectionnés du droit international.

Verbe à la bouche, le porte parole du gouvernement congolais évoque depuis peu, quelques illusionnistes qui prétendent vouer un amour débordant et sans limites pour le peuple congolais qui ont un nouvel alibi: le processus électoral qu’ils ont décrété on ne sait trop sur quelle base, notre peuple incapable de conduire seul à bon port et pour lequel il doit être aidé par eux. Ce prétexte fallacieux poursuit Lambert MENDE est devenu la nouvelle fenêtre d’opportunités ouverte qui leur donnerait ainsi le droit de fouler aux pieds tous les principes aussi bien juridiques que moraux, au point d’absoudre les péchés des pillards, d’en faire des alliés, de magnifier leurs vitrines dans lequel ils vont du reste s’approvisionner allègrement.

Ainsi, ces nouveaux conquistadors selon Lambert Mende maquillent leur croisade dans une propagande nauséabonde, car ils n’ont pas l’honnêteté intellectuelle de dire qu’une élection n’a pas nécessairement pour vocation de mettre fin à un type de gouvernance surtout lorsque celui-ci continue à bénéficier d’une onction populaire chaque jour renouvelée. Une élection reste un moment d’offre politique pour permettre en toute conscience à un peuple de se choisir des dirigeants. Tel n’est pourtant pas l’entendement de ces prestidigitateurs si l’on met en parallèle certaines déclarations belliqueuses récentes d’un diplomate retraité américain qui tente ces dernières années de se recycler laborieusement dans des activités de lobbying stipendiées et qui n’aurait pas mis les gants pour dessiner l’avenir immédiat de notre pays conclut le porte parole du gouvernement.

Joël Imbole

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Pape François ET Cardinal Ambongo

Le Pape François a mis de la lumière sur la Paix, les Elections et le rôle de l’Eglise en RDC (IRDH)

Le séjour du Pape FRANÇOIS a mis un gros projecteur sur le besoin inéluctable de …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire