congo remontada
Herman Nzeza, Coordonnateur de Congo Remontada au milieu pendant la conférence

En cas de non tenue de la présidentielle « Kabila doit démissionner », selon Congo Remontada !

Il n’accepte pas un seul jour de prolongation de la transition en cours. Pour Congo Remontada, un Mouvement Politique né il y a peu au Centre Nganda à Kinshasa, les élections doivent se tenir avant le 31 décembre2017. Au cas contraire, l’actuel Chef de l’Etat sera obligé de démissionner de ses fonctions conformément à l’article 75 de la Constitution. En ce moment, il permettre un léger allongement de 4 mois sans passer par une négociation, selon les prescrits de l’article 76 qui parle du Président du Sénat.   C’est un résumé des propos d’Herman Nzeza, Coordonnateur de Congo Remontada le 30 juin dernier, à l’occasion des 57 ans d’indépendance de la RDC, dans la Salle Star située dans la Commune de Kinshasa.

Le mandat du Président de la République a pris fin le 19 décembre 2016 et grâce  aux négociations, le pays est entré dans une situation d’exception, avec l’accord de la Saint sylvestre qui parle de l’organisation des élections au plus tard 31 décembre. Au contraire, l’actuel Chef perd sa légitimité. Pour la renouveler, il faudra un autre dialogue avec ce régime. Une idée à laquelle il s’oppose craignant une prolongation du mandat.

Il regrette que les lois essentielles destinées à la répartition des sièges ne soient pas votées par le Parlement, alors que cela était prévu à la session de mars 2017. ‘’Nous constatons une léthargie au Parlement ainsi qu’une légèreté chez les députés, qui fait que la session se termine, sans voter les lois nécessaire’’, relève-t-il. Et, en lieu et place de se racheter avec une session extraordinaire, les Parlementaires ont préféré aller en vacance parlementaire.

Aussi, qualifie-t-il de conspiration, l’idée du retard de la mise en œuvre du Conseil National du Suivi de l’Accord (CNSA), organe qui selon la CENI devrait précéder la publication du calendrier électoral. ‘’Alors, nous n’allons pas exiger les élections parce qu’on n’a pas voté les lois, ou que le CNSA n’est pas mis en œuvre ? Ils sont dans leur stratégie, nous sommes dans la nôtre qui constitue à exiger l’organisation des élections, conformément aux élections qu’eux-mêmes ont signées’’, insiste-t-il. D’ailleurs, poursuit-il, c’est toute la République qui devrait exiger ces élections. Il dénonce le fait de vouloir installer le CNSA à quelques semaines de la fin de cette année, qui ne servira pas à organiser les élections mais, se réunir avec le Gouvernement et la CENI, dans le but de  proposer la prolongation de cette transition.

Soutien aux évêques

Pour Herman Nzeza, le message des évêques de la CENCO a crédibilisé toutes les analyses faites sur la mauvaise gouvernance de la République d’autant plus que, c’est tous les prélats  de la République qui ont signé cette alerte. En même temps, il demande à l’église d’aller plus loin, entendu que l’application en intégralité de l’accord de la Saint Sylvestre devient caduque ayant été violé dès le premier jour de sa signature. A ce stade, si le Gouvernement accepte sa mise en œuvre, ce sera une occasion de prolonger la transition. Car, avec un budget dont plus de 40 % viendraient des partenaires en conflit avec le régime, il est difficile de trouver une solution adéquate. Raison pour laquelle, il appelle ainsi tous les congolais à soutenir ses bonnes intentions de réclamer les élections avant le 31 décembre. Si non, il sera question d’appliquer l’article 76 de la Constitution qui permet la prolongation de cette transition, sans passer par une quelconque négociation puisqu’il prévoit la tenue du processus par un Président de la République intérimaire en deux mois, le cas échéant 4 mois. Ce qui donnerait une crédibilité au processus politique. ‘’Là où nous sommes de bonne foi, c’est le fait que la Majorité se prépare à changer de Président du Sénat si elle considère que l’actuel n’est pas avec eux d’ici décembre, pour qu’il fasse le travail’’, soutient-il. Le souci étant de redonner le bénéfice du doute à celui qui peut régenter les efforts.

Il signale que Congo Remontada a commencé à exercer ses activités depuis le 20 mai 2014, jour de son apparition au grand jour. Une manière pour lui de dire que les stratégies sont en œuvre, puisque des contacts importants ont été pris avec des congolais épris de voir le changement et  l’alternance se concrétiser.

Judith Asina

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Le Conflit : Russie – Ukraine et son Impact sur L’Industrie des Infrastructures et de L’Environnement Bâti en Afrique

NAIROBI, Kenya, le 18 Mai, 2022 -/African Media Agency(AMA)/-Introduction  La Russie a lancé un assaut …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire