Cabo Verde est en première ligne de la crise climatique – António Guterres

UN Photo/Mark Garten – A Cabo Verde, un pays qui mise sur l’économie bleue pour réduire les conséquences du changement climatique, Antonio Guterres rend visite aux participants la Course autour du monde à la voile Ocean Race

New York, USA, le 24 janvier, 2022/African Media Agency(AMA)/-Comment un pays peut-il s’assurer un avenir durable alors que 99,3% de son territoire est constitué d’eau ? A l’occasion de la course de voiliers The Ocean Race,  le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, est arrivé samedi à Cabo Verde pour examiner certaines des réponses et des solutions innovantes mises en œuvre dans cet archipel de 10 îles situé au milieu de l’Atlantique.

La réponse remonte à 2015, lorsque le gouvernement national a détaillé un plan stratégique visant à donner à l’économie bleue une place centrale dans l’avenir de cette nation insulaire, et à lancer une série d’investissements qui ont été réalisés depuis lors. 

Mais ce samedi soir, en contemplant les 11 bateaux participant à l’Ocean Race amarrés dans le port de Mindelo, leurs mâts hauts de 10 étages tranchant le ciel de l’île de São Vicente, M. Guterres a pu observer les résultats les plus visibles de ce pari. 

Plus tôt dans la journée, le Secrétaire général a qualifié l’économie bleue « d’opportunité fondamentale pour promouvoir le développement durable dans l’archipel » et a déclaré que l’ONU était impatiente de travailler avec son gouvernement et son peuple pour « traduire cette ambition en réalité ». 

Le Premier ministre de Cabo Verde, José Ulisses Correia e Silva, a déclaré que son pays voulait être « mieux connu et compter plus » sur la scène internationale, et l’océan est le secteur où ils veulent faire entendre leurs voix.  

« Il est logique de nous positionner dans ce domaine spécifique et de le faire avec pertinence. Il est logique que ce message vienne d’ici », a-t-il déclaré.  

Au cours des cinq dernières années, dans le cadre de cet effort, le pays a organisé une « Semaine de l’océan » chaque année et, lundi prochain, Cabo Verde s’associe à l’Ocean Race pour organiser un sommet qui mettra en vedette des orateurs du monde entier, y compris le Secrétaire général. 

UN Photo/Mark Garten – Antonio Guterres avec le Premier Ministre de Cabo Verde lors de la conférence de presse

Une menace existentielle  

L’engagement de Cabo Verde pourrait ne pas suffire. Comme l’a averti M. Guterres, le pays est « en première ligne d’une crise existentielle » – le changement climatique.  

« L’élévation du niveau de la mer et la perte de biodiversité et d’écosystèmes constituent des menaces existentielles pour l’archipel », a-t-il expliqué. « Je suis profondément frustré que les dirigeants mondiaux n’accordent pas à cette urgence de vie ou de mort les mesures et les investissements nécessaires ».

Certaines de ces conséquences peuvent déjà être ressenties dans le port accueillant la course, l’un des meilleurs de toute la côte ouest de l’Afrique, un qualité qui lui a valu d’attirer les marchands et les pirates il y a des siècles et d’accueillir aujourd’hui  la plus importante course de voile autour du monde. 

Au cours des dernières années, les pêcheurs de Cabo Verde ont noté une baisse des prises de maquereau noir, l’un des poissons les plus appréciés parmi les habitants. En 2022, l’industrie de l’emballage a signalé une diminution des pêches de thon et l’absence de maquereau noir, matière première pour l’industrie.   

Selon les résultats préliminaires d’une estimation menée par l’ONU qui devrait être présentée et discutée avec les principales parties prenantes nationales au début de cette année, d’ici 2100, la biomasse des grands poissons pélagiques – ceux qui vivent dans la zone pélagique des eaux océaniques ou lacustres, n’étant ni près du fond ni près du rivage – tels que l’albacora, une espèce de thon, pourrait diminuer de 45%. Dans le bassin sénégalo-mauritanien voisin, la réduction sera encore plus importante.  

De tels changements peuvent avoir un impact profond sur l’économie des îles. En 2018, le secteur de la pêche a fourni des emplois à 6.283 personnes et a été la base du régime alimentaire des 588.000 habitants. Ces produits représentaient également près de 80% des exportations du pays. 

« Le changement climatique est une menace évidente pour l’avenir de la pêche, mais aussi pour toute la biodiversité », a déclaré le Secrétaire général plus tard dans la soirée, alors qu’il participait à une série de conférences promue par le Premier Ministre, au Centre national de Cabo Verde pour l’art, l’artisanat et le design.  

« Le fait est qu’il existe un lien très clair entre l’industrie de la pêche et la protection du climat. L’expérience a montré que lorsque vous protégez une certaine région, cela a un effet multiplicateur dans d’autres domaines, et tout le monde en profite », a ajouté le Secrétaire général.  

UN Photo/Mark Garten – Le Secrétaire général participe à un débat avec le Premier Ministre de Cabo Verde, José Ulisses Correia e Silva

Organiser la défense contre les défis climatique

Les deux hommes étaient assis devant une annexe du Centre national, sa façade décorée de cercles métalliques provenant de couvercles de barils de pétrole peints de couleurs vives. 

L’installation proclame l’engagement du pays en faveur de la durabilité, mais représente aussi un clin d’œil à sa grande diaspora de plus d’un million de personnes. Ces barils sont souvent utilisés par les migrants pour envoyer des cadeaux à leurs familles depuis l’étranger.  

« Les défis climatiques deviennent plus forts et plus fréquents, mais nous avons toujours fait face à des difficultés et avons toujours trouvé un moyen de les surmonter », a déclaré le Premier ministre.  

Selon M. Correia e Silva, la perte d’espèces marines peut affecter Cabo Verde d’une autre manière. 

L’archipel est considéré comme l’un des 10 principaux points chauds de la biodiversité marine au monde et, depuis des décennies, les 24 espèces de baleines et de dauphins enregistrées dans ces eaux – près de 30% de toutes les espèces de cétacés – attirent de nombreux visiteurs qui érigent le tourisme en pilier de l’économie du pays. 

Durant la seule année 2022, après plusieurs années dominées par la pandémie de Covid-19, les îles ont reçu près de 700.000 touristes, élevant la contribution du secteur à environ 25% de son PIB. 

UN Photo/Mark Garten – Le Secrétaire général et le Premier Ministre de Cabo Verde José Ulisses Correia e Silva rencontrent le public de the Ocean Race

Justice pour Cabo Verde  

Cabo Verde a commencé à lutter contre ces changements. 

Le Secrétaire général a déclaré que le pays « a fait preuve de leadership climatique en paroles et en actions » et a souligné les « efforts pour convertir la dette en projets climatiques, y compris dans l’économie bleue ». 

Jusqu’à 20% de la production d’énergie de Cabo Verde provient désormais de sources renouvelables – l’’un  des taux les plus élevés d’Afrique subsaharienne – et l’objectif est d’augmenter l’utilisation des énergies renouvelables de 50% d’ici 2030. 

Le Premier ministre a déclaré que son pays devait « concilier les besoins de l’économie, de l’environnement, des communautés » car il a besoin de « ces ressources qui produisent de la richesse pour le pays ». 

M. Correia e Silva a cité un exemple de réponses possibles. Dans la communauté de São Pedro, sur l’île de São Vicente, une partie de la population est passée ces dernières années de la pêche à l’offre d’un service local offrant aux touristes la possibilité de nager en toute sécurité avec les tortues. 

Il a ensuite mis en avant une série d’initiatives visant à lutter contre la pollution par les plastiques et à promouvoir l’économie circulaire. Il a également rappelé que le pays avait approuvé une nouvelle loi « exigeante » régissant la pêche et travaillait à étendre de six à 30% la taille de la zone protégée. « Nous voulons aller plus loin, mais nous avons besoin de ressources pour le faire », a-t-il déclaré.  

« Nous demandons justice pour ceux qui, comme Cabo Verde, ont peu contribué à provoquer cette crise, mais qui paient un lourd tribut », a convenu le Secrétaire général.  

Alors que la conversation touchait à sa fin, à quelques pâtés de maisons de là, au port, les équipages de l’Ocean Race s’accordaient une pause. Dans quelques jours, ils entameront la deuxième étape de la compétition, qui les mènera de Cabo Verde, à travers l’équateur, et le long de la côte sud-américaine, jusqu’à la ville du Cap, à la pointe sud de l’Afrique du Sud.  

Quelques heures plus tôt, les marins avaient rencontré M. Guterres, qui a raconté comment son fils, il y a quelques années à peine, avait traversé l’Atlantique à la voile avec trois amis. Cette histoire a incité l’un des skippers, Kevin Escoffier, à lui demander : « s’il pourrait faire quelque chose de ce genre ? » « Peut-être un jour », a-t-il plaisanté. « Quand je serai à la retraite ». 

Distribué par  African Media Agency pour Onu Info

The post Cabo Verde est en première ligne de la crise climatique – António Guterres appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

La Commission de consolidation de la paix discute comment arriver à une paix durable au Soudan du Sud

MINUSS Des familles déplacées ayant fui la violence s’abritent à Tambura, au Soudan du Sud …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire