Une vague de nouveaux engagements marque une étape historique vers l’élimination du cancer du col de l’utérus

Lors du tout premier forum mondial, de nouveaux engagements au niveau national, des politiques et des programmes, ainsi qu’un nouveau financement de près d’US$ 600 millions, offrent une chance de sauver des centaines de milliers de vies d’ici à 2030.

Cartagena de Indias, Colombie, 07 Mars 2024 -/African Media Agency(AMA)/- Des gouvernements, donateurs, institutions multilatérales et partenaires ont annoncé aujourd’hui de nouveaux engagements politiques, programmatiques et financiers majeurs, dont de nouveaux financements à hauteur d’US$ 600 millions, pour éliminer le cancer du col de l’utérus. Si ces ambitions d’élargir la couverture vaccinale et de renforcer les programmes de dépistage et de traitement sont pleinement réalisées, le monde pourrait, pour la première fois, éliminer un type de cancer.

Ces engagements ont été pris lors du tout premier Forum mondial pour l’élimination du cancer du col de l’utérus: faire avancer l’appel à l’action, à Cartagena de Indias (Colombie), afin de catalyser l’élan national et mondial pour mettre fin à cette maladie évitable.

Toutes les deux minutes (en anglais), une femme meurt du cancer du col de l’utérus, alors que les connaissances et les outils pour prévenir et même éliminer cette maladie existent déjà. La vaccination contre le papillomavirus humain, principale cause du cancer du col de l’utérus, peut prévenir la grande majorité des cas et, associée au dépistage et au traitement, elle constitue une voie vers l’élimination.

Le cancer du col de l’utérus est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde, et continue d’affecter de manière disproportionnée les femmes et leurs familles dans les pays à revenu faible et intermédiaire. En 2022, la recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en faveur d’une dose unique du vaccin contre le papillomavirus humain à l’échelle mondiale a considérablement réduit les obstacles à l’extension des programmes de vaccination. Cette décision a été renforcée par une recommandation similaire (en anglais) dans la Région des Amériques en 2023. Le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique vient d’emboîter le pas avec sa propre recommandation aux pays de la Région d’adopter le schéma de vaccination à dose unique. À ce jour, 37 pays ont déclaré être passés ou avoir l’intention de passer à un schéma à dose unique.

Les engagements annoncés lors du forum marquent un tournant décisif dans l’accélération des progrès concernant la promesse faite en 2020, lorsque 194 pays ont adopté la Stratégie mondiale en vue d’accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique.

« Nous disposons des connaissances et des outils nécessaires pour faire du cancer du col de l’utérus une histoire ancienne, mais les programmes de vaccination, de dépistage et de traitement n’atteignent toujours pas l’ampleur requise », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Ce premier forum mondial est une occasion importante pour les gouvernements et les partenaires d’investir dans la Stratégie mondiale d’élimination et de s’attaquer aux inégalités qui empêchent les femmes et les filles d’accéder aux outils vitaux dont elles ont besoin. »

Outre le réengagement de l’Indonésie à l’égard de son plan d’action national 2023, d’autres engagements nationaux ont été pris :

●La République démocratique du Congo s’engage à introduire le vaccin contre le papillomavirus le plus tôt possible en utilisant le calendrier à une dose recommandé par l’OMS. Elle s’engage également à tout mettre en œuvre pour atteindre, le plus tôt possible, l’objectif de couverture vaccinale de la stratégie d’élimination du cancer du col de l’utérus pour les filles âgées de 9 à 14 ans.

 L’Éthiopie s’engage à mettre en œuvre une stratégie efficace de distribution de vaccins dans tout le pays, en visant une couverture de 95 % pour toutes les filles de 14 ans, quel que soit leur statut socio-économique, qu’elles soient scolarisées ou non. Le pays s’engage également à dépister chaque année le cancer du col de l’utérus chez un million de femmes éligibles et à traiter 90 % des femmes dépistées qui présentent des lésions précancéreuses. En outre, l’introduction d’une dose unique de vaccin contre le papillomavirus humain a été approuvée cette année et sera déployée dans le cadre du Programme élargi de vaccination du pays.

● Le Nigeria a lancé son programme national de vaccination contre le papillomavirus humain cette année, en adoptant le schéma à dose unique pour les filles âgées de 9 à 14 ans, et s’engage désormais à atteindre une couverture vaccinale d’au moins 80 % chez les filles. Ce pays est déterminé à continuer d’augmenter la couverture vaccinale contre le papillomavirus humain grâce à une stratégie de distribution efficace qui ira à la rencontre des jeunes filles là où elles se trouvent. Pour les filles scolarisées, le pays se concentrera sur les prestations en milieu scolaire. Pour les filles non scolarisées, des activités de sensibilisation seront mises en œuvre à des moments clés de l’année, l’objectif étant d’atteindre une couverture d’au moins 80 % des filles ciblées d’ici 2026.

Le nouveau financement de près d’US$ 600 millions comprend US$ 180 millions de la Fondation Bill et Melinda Gates, US$ 10 millions d’UNICEF et US$ 400 millions de la Banque mondiale. La liste complète et la description des engagements peuvent être consultées ici et seront mises à jour tout au long du forum.

La route vers l’élimination est jalonnée de nombreux défis. En 2022, en raison des contraintes d’approvisionnement, des difficultés de livraison et de la pandémie de Covid-19, seule une adolescente sur cinq a été vaccinée. Pourtant, malgré l’existence d’outils de dépistage et de traitement rentables et fondés sur des données probantes, moins de 5 % des femmes originaires de pays à revenu faible ou intermédiaire (en anglais) font l’objet d’un dépistage du cancer du col de l’utérus. Les coûts, les problèmes logistiques et le manque de volonté politique ont créé des obstacles à la mise en œuvre de programmes de prévention et de traitement du cancer du col de l’utérus.

Ces barrières ont conduit à une profonde inégalité : sur les 348 000 décès dus au cancer du col de l’utérus estimés en 2022, plus de 90 % (en anglais) ont eu lieu dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Si les gouvernements et les partenaires s’engagent à nouveau de toute urgence dans le programme mondial, il est possible d’inverser cette tendance et d’empêcher que le nombre de décès annuels atteignent 410 000 d’ici à 2030 (en anglais) d’ici à 2030, selon les estimations actuelles.

GOUVERNEMENT DE COLOMBIE : « Pour le gouvernement de Colombie, qui s’est engagé à garantir les droits des femmes dans leur diversité, il est impératif de progresser dans l’élimination du cancer du col de l’utérus, une maladie qui touche des millions de jeunes filles et de femmes. C’est pourquoi nous sommes heureux d’accueillir le premier Forum mondial pour l’élimination du cancer du col de l’utérus. C’est une occasion qui permettra au pays et au monde d’échanger des expériences et des connaissances qui contribueront à éliminer les obstacles aux soins, à augmenter la vaccination contre le papillomavirus humain et à faciliter le développement des capacités pour que les pays et leurs partenaires continuent de multiplier les actions en vue de l’élimination du cancer du col de l’utérus. »

GOUVERNEMENT D’ESPAGNE : « Le cancer du col de l’utérus est un problème de santé publique pour lequel il existe déjà des outils de prévention, de détection et de traitement, » comme l’a déclaré le Ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, qui est convaincu qu’ « avec une volonté politique, nous pouvons y faire face. Nous sommes persuadés que ce premier forum suscitera des engagements et un soutien de la part des pays, des organisations internationales, des initiatives mondiales, des entités philanthropiques et de la société civile qui permettra de dynamiser l’action et l’engagement des gouvernements pour atteindre les objectifs de la Stratégie de l’OMS. Conformément à sa politique étrangère et de coopération féministe, l’Espagne est prête à prendre des engagements significatifs pour y parvenir. »

Ce forum est co-parrainé par les gouvernements de Colombie et d’Espagne, en partenariat avec l’Organisation panaméricaine de la Santé (OPS), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), UNICEF, la Fondation Bill et Melinda Gates, Unitaid, le Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents (GFF), Gavi, l’Alliance du Vaccin, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et la Banque mondiale.

Distribué par African Media Agency pour Gates Foundation.

Ressources pour la presse

Citations des co-partenaires

Dr Chris Elias, Président du développement mondial de la Fondation Bill et Melinda Gates :

« Les vaccins contre le papillomavirus humain sont un miracle de la médecine moderne, mais trop de jeunes filles dans les pays à revenu faible ou intermédiaire n’y ont pas accès. Il n’y a aucune raison pour que les femmes meurent du cancer du col de l’utérus alors qu’il existe un vaccin pour le prévenir. Grâce aux recommandations de l’OMS pour un schéma de vaccination contre le papillomavirus humain à dose unique, l’élimination du cancer du col de l’utérus est à notre portée. Le moment est venu pour les gouvernements et les partenaires du monde entier d’élargir l’accès au vaccin contre le papillomavirus humain et de protéger les générations futures contre le cancer du col de l’utérus.

Aurélia Nguyen, Directrice de programme auprès de Gavi, l’Alliance du Vaccin :

« Le vaccin contre le papillomavirus humain est l’un des vaccins les plus efficaces de la planète et a déjà permis de sauver des milliers de vies. C’est pourquoi, en partenariat avec les pays, Gavi s’est fixé l’objectif ambitieux d’aider à vacciner 86 millions d’adolescentes d’ici à 2025. Grâce à un engagement audacieux et à des mesures décisives, nous pouvons envisager un avenir où le cancer du col de l’utérus aura été définitivement éliminé. »

Juan Pablo Uribe, Directeur mondial de la Banque mondiale pour la santé, la nutrition et la population et Directeur du Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents (GFF) :

« La Banque mondiale et le GFF redoublent d’efforts pour éliminer le cancer du col de l’utérus, avec au moins US$ 400 millions pour des investissements liés au papillomavirus humain au cours des trois prochaines années. Chaque femme et chaque fille devrait avoir accès à la prévention, au dépistage et au traitement du cancer du col de l’utérus dans le cadre des soins de santé systématiques. Il nous reste encore beaucoup de travail à accomplir pour atteindre un objectif commun : éliminer le cancer du col de l’utérus. Nous devons nous appuyer sur la dynamique actuelle et soutenir le leadership des pays pour accélérer les progrès. »

Dr Jarbas Barbosa, Directeur de l’Organisation panaméricaine de la Santé :

« Il est urgent d’élargir l’accès et la couverture de la vaccination, du dépistage et du traitement du papillomavirus humain. J’exprime le profond engagement de l’OPS à renforcer la volonté politique et à donner la priorité à l’élimination du cancer du col de l’utérus dans le programme de santé publique des pays de la Région des Amériques. 

Cet engagement fait partie de l’initiative d’élimination des maladies de l’OPS, qui vise à éliminer près de 30 maladies transmissibles et affections connexes, y compris le cancer du col de l’utérus, dans la Région des Amériques d’ici à 2030. Grâce aux Fonds renouvelables régionaux de l’OPS, les vaccins contre le papillomavirus humain, les tests de diagnostic du papillomavirus humain et les dispositifs de traitement ablatif des lésions précancéreuses de haute qualité sont disponibles à un prix unique pour tous nos États Membres, quel que soit le montant de l’achat. »

Helga Fogstad, Directrice des programmes de Santé d’UNICEF :

« Pour la première fois, la disparition d’une catégorie entière de cancer est en vue. Avec les outils nécessaires à notre disposition, l’engagement et la volonté politique sont les prochaines étapes critiques vers un avenir sans cancer du col de l’utérus pour les générations futures. UNICEF se consacre à l’objectif mondial commun de protéger la vie de 86 millions de filles d’ici l’année prochaine et s’engage à verser US$ 10 millions pour aider 21 pays à vacciner les filles contre le papillomavirus humain, en plus de ses engagements actuels en faveur de cette cause importante et urgente. L’impact de ces nouveaux fonds sera amplifié grâce à l’approche multisectorielle d’UNICEF qui tire le meilleur parti de nos plates-formes scolaires et communautaires et de nos partenariats avec les organisations de défense des droits des filles et des femmes pour assurer le succès de la génération de la demande. »

Marisol Touraine, Présidente du Conseil d’administration d’Unitaid :

« Nous ne pouvons accepter que des femmes meurent du cancer du col de l’utérus, alors que nous savons comment prévenir et traiter cette maladie. En cette période charnière, nous devons veiller à ce que les outils efficaces dont nous disposons soient à la fois abordables et accessibles à toutes les femmes et les jeunes filles qui en ont besoin. Nos projets au sein d’Unitaid ont permis de considérablement réduire le coût du dépistage du papillomavirus humain et le prix des dispositifs d’ablation thermique qui sauvent des vies. Nous lançons une autre vague d’investissements qui se concentrera sur le dépistage du cancer du col de l’utérus en dehors des établissements de santé et au sein des communautés. Avec nos partenaires, nous continuerons à jeter les bases d’un avenir où toutes les femmes auront un accès équitable aux soins qu’elles méritent, indépendamment de leur statut socio-économique ou de leur situation géographique. »

Dr Jarbas Barbosa, Directeur de l’Organisation panaméricaine de la Santé :

« Il est urgent d’élargir l’accès et la couverture de la vaccination, du dépistage et du traitement du papillomavirus humain. J’exprime le profond engagement de l’OPS à renforcer la volonté politique et à donner la priorité à l’élimination du cancer du col de l’utérus dans le programme de santé publique des pays de la Région des Amériques. 

Cet engagement fait partie de l’initiative d’élimination des maladies de l’OPS, qui vise à éliminer près de 30 maladies transmissibles et affections connexes, y compris le cancer du col de l’utérus, dans la Région des Amériques d’ici à 2030. Grâce aux Fonds renouvelables régionaux de l’OPS, les vaccins contre le papillomavirus humain, les tests de diagnostic du papillomavirus humain et les dispositifs de traitement ablatif des lésions précancéreuses de haute qualité sont disponibles à un prix unique pour tous nos États Membres, quel que soit le montant de l’achat. »

Helga Fogstad, Directrice des programmes de Santé d’UNICEF :

« Pour la première fois, la disparition d’une catégorie entière de cancer est en vue. Avec les outils nécessaires à notre disposition, l’engagement et la volonté politique sont les prochaines étapes critiques vers un avenir sans cancer du col de l’utérus pour les générations futures. UNICEF se consacre à l’objectif mondial commun de protéger la vie de 86 millions de filles d’ici l’année prochaine et s’engage à verser US$ 10 millions pour aider 21 pays à vacciner les filles contre le papillomavirus humain, en plus de ses engagements actuels en faveur de cette cause importante et urgente. L’impact de ces nouveaux fonds sera amplifié grâce à l’approche multisectorielle d’UNICEF qui tire le meilleur parti de nos plates-formes scolaires et communautaires et de nos partenariats avec les organisations de défense des droits des filles et des femmes pour assurer le succès de la génération de la demande. »

Marisol Touraine, Présidente du Conseil d’administration d’Unitaid :

« Nous ne pouvons accepter que des femmes meurent du cancer du col de l’utérus, alors que nous savons comment prévenir et traiter cette maladie. En cette période charnière, nous devons veiller à ce que les outils efficaces dont nous disposons soient à la fois abordables et accessibles à toutes les femmes et les jeunes filles qui en ont besoin. Nos projets au sein d’Unitaid ont permis de considérablement réduire le coût du dépistage du papillomavirus humain et le prix des dispositifs d’ablation thermique qui sauvent des vies. Nous lançons une autre vague d’investissements qui se concentrera sur le dépistage du cancer du col de l’utérus en dehors des établissements de santé et au sein des communautés. Avec nos partenaires, nous continuerons à jeter les bases d’un avenir où toutes les femmes auront un accès équitable aux soins qu’elles méritent, indépendamment de leur statut socio-économique ou de leur situation géographique. »

Dr Atul Gawande, Administrateur adjoint pour la Santé mondiale de l’Agence des États-Unis pour le développement international :

« Grâce au puissant bouclier que constituent le vaccin contre le papillomavirus humain, le dépistage régulier et le traitement précoce, nous pouvons protéger une génération des effets dévastateurs du cancer du col de l’utérus. Chaque injection est une avancée audacieuse vers un avenir où le cancer du col de l’utérus sera éliminé. USAID reste un partenaire inébranlable des gouvernements, des communautés et de Gavi, l’Alliance du Vaccin, pour garantir l’accès à cette intervention vitale. Dans le cadre du partenariat Go Further du PEPFAR, USAID luttera également contre le cancer du col de l’utérus en élargissant les possibilités de dépistage et de traitement aux communautés les plus vulnérables, où les risques de contracter le VIH et le papillomavirus humain sont les plus élevés. Ensemble, nous ouvrons la voie vers un avenir où le cancer du col de l’utérus ne sera plus une menace pour la santé et le bien-être des femmes dans le monde entier. »

MEDIA CONTACTS

Host Partners Media Contact Phone/WhatsApp Email
Government of Colombia Ana María Montoya Zorro +57 3163096098 anamaria.montoya@cancilleria.gov.co
Spanish Ministry of Foreign Affairs Gema Castillo Sahuquillo +34 663947141 gema.castillo@maec.es
Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo (AECID) Enric-Sol Brines i Gómez (+34) 91 583 85 56 | (+34) 600 547 700 enric-sol.brines@aecid.es
Pan American Health Organization Luciana Viegas
Sebastián Oliel
Ashley Baldwin
Greace Vanegas (Colombia specific)
+ 1 202 981-8455
+ 1 202 316-5679
+ 1 202 340-4025
+57 315 225 33 58
mediateam@paho.org
vanegasgre@paho.org
World Health Organization Amna Smailbegovic +41 76 233 98 15 smailbegovica@who.int
mediainquiries@who.int
UNICEF Sara AlHattab +1 917 957 6536 salhattab@unicef.org
Bill & Melinda Gates Foundation Media Team +1 206 709 3400 media@gatesfoundation.org
Unitaid Herve Verhoosel +33 62 259 73 54 verhooselh@unitaid.who.int
Global Financing Facility Sheryl Silverman +1 410 868 4664 ssilverman@worldbankgroup.org
Gavi, the Vaccine Alliance Cirũ Kariũki +41 79 913 94 41 ckariuki@gavi.org ,media@gavi.org
United States Agency for International Development (USAID) Press Relations  press@usaid.gov
World Bank Group Alexandra Humme  ahumme@worldbank.org

The post Une vague de nouveaux engagements marque une étape historique vers l’élimination du cancer du col de l’utérus appeared first on African Media Agency.

Source : African Media Agency (AMA)

Lire Aussi Sur Matininfos.NET

Champion africain de la lutte contre le paludisme, le professeur Abdoulaye Diabaté sur la scène de TED2024

KAMPALA, Uganda, 12 Avril 2024 -/African Media Agency(AMA)/- TED2024, événement majeur célébrant 40 ans d’innovation, d’ingéniosité et de …

Avez-vous aimé l'article? Partagez et Laissez votre commentaire